Majuscule...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Majuscule...

Message par Chigwenn le Sam 18 Fév 2012 - 10:09

Bonjour,

Voici un courrier envoyé le 13 septembre 1942 par un prisonnier (Stalag IV G) à son épouse en Bretagne.





Le censeur qui a contrôlé le courrier s'est montré indulgent puisque il y laisse le prisonnier étaler ses états d'âme sur la politique du gouvernement conduite par Pierre Laval et notamment sur la Relève. Celle-ci était censée promouvoir le départ volontaire de travailleurs français en Allemagne en échange de la libération de prisonniers de guerre.

Le prisonnier écrit que "le temps [lui] paraît long, très long. La relève c'est une blague. Nous sommes ici pour des années." A moins que le censeur, peu au fait de la politique française, se soit laissé berner par l'absence de majuscule au terme "relève" et qu'il n'y ait vu qu'un propos anodin...

A+
Laurent
avatar
Chigwenn
Admin

Messages : 570
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par Chigwenn le Mer 24 Sep 2014 - 1:07

Bonjour,

Je me permets de relancer ce fil déjà vieux de 2 ans et demi.

J'ai été étonné  scratch  de lire sous la plume de Claude Vernette, au sujet de la correspondance des PG, que "la censure était assez large : informations politiques, militaires, ou financières, ainsi que mille autres renseignements sur les activités locales ou les mentions relatives aux décès étaient acceptées" (Les censures illustrées et les cartes spéciales des camps de prisonniers de guerre 1939-1945, Bulletin du Club marcophile de la seconde Guerre mondiale, N° 16, Décembre 1988, p. 3)

J'avais au contraire l'impression que le contenu des courriers est le plus souvent très banal à cause justement de la censure. Il me semblait avoir compris la même chose en lisant certaines interventions sur le forum, notamment quand j'ai demandé de traduire des courriers de prisonniers : il m'a été répondu qu'il ne fallait de toute façon pas s'attendre à grand chose à cause de la censure.

Ou bien est-ce que ça veut dire que j'avais mal compris : la censure aurait laissé passer un courrier contenant des propos hostiles au régime de Vichy ou au 3e Reich mais on n'en trouve pas parce que les gens qui savaient que leur correspondance était lue ne prenaient pas le risque d’afficher leur opposition politique ?

Le courrier qui illustre le message précédent comporte une impertinence relative à la politique de Laval et à la "Relève". Est-ce que certains possèdent des courriers de prisonniers plus virulents malgré la censure et dont le contenu irait donc dans le sens de ce écrit C. Vernette ?

À vous lire,

Laurent
avatar
Chigwenn
Admin

Messages : 570
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par SamuelGM le Mer 24 Sep 2014 - 9:53

Bonjour,

tu fais bien de relancer!

J'ai également le sentiment que l'opinion des PG est rarement exprimée, si ce n'est pour affirmer la fidélité à Pétain.. Je ne me souviens pas avoir vu des opinions très tranchées.

Les courriers de prisonniers d'après la débacle de mai-juin 1940 sont souvent assez optimistes (espoir d'un retour rapide avant Noël 1940), puis par la suite témoignent de la lassitude des prisonniers et parlent surtout de la litanie des envois de colis. Comme je le disais, on voit assez souvent des marques de fidélité à Pétain, mais guère plus.

La question des PG était un énorme enjeu de politique intérieur, un des piliers de la propagande maréchaliste (deux autres piliers étant notamment les associations d'anciens combattants de 14-18 via la "Légion Française des Combattants" et l'enrôlement des jeunes dans les chantiers de jeunesse). Tout retour de prisonnier était exploité comme étant la justfication de la politique menée.

Je regarderai les textes des courriers que j'ai de plus près, j'y trouverai peut-être des passages exprimant une opinion politique...

Sinon une question d'ordre pratique : qui contrôle les courriers de PG au sein des camps? A priori des soldats allemands francophones, sans doute également des civils allemands francophones (la censure des courriers civils de tous les pays employaient beaucoup de femmes.. je ne sais pas si c'est également le cas pour les courriers de PG en Allemagne). J'ai trouvé ce témoignage intéressant Pour une fois écoute mon enfant de Roger Ikor, notamment le passage qui parle du rapport du prisonnier à la censure, cerains censeurs semblant plus "coulants" que d'autres.

Sur l'ambiance et la vie dans les camps, il faut lire la BD "Moi, René Tardi, Prisonnier de guerre - Stalag IIB",de Tardi sur la captivité de son père.

Samuel
avatar
SamuelGM
Admin

Messages : 701
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 41
Localisation : Paris

http://ww2postalhistory.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par Jeancens le Mer 24 Sep 2014 - 10:29

Bonjour à tous,

en ce qui me concerne, je lis très rarement le contenu de ces cartes ou des lettres,
je m'intéresse plutôt aux marques et notations misent par les lecteurs.

Mais à ma rentrée je vais reprendre en mains les correspondances
de PG (+100) pour voir si je trouve des textes autres que familiales.
Donc à bientôt pour ma réponse.

Jean
avatar
Jeancens

Messages : 942
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 70
Localisation : Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par BOURDON le Lun 29 Sep 2014 - 23:08

Bonjour à tous,

Voici quelques correspondances:


[Le « cercle Maréchal-Pétain » se donne pour mission de propager les thèses de la Révolution  nationale et de contribuer au culte de la figure paternelle, protectrice du chef de l'État français. Ce «cercle Pétain» a aussi pour fonction de coordonner l'organisation du camp, de mettre à disposition les salles nécessaires aux diverses activités. Il est la structure collective qui permet l'organisation d'une entraide entre les prisonniers, organisant par exemple l'échange des colis pour éviter que ceux qui ne reçoivent rien ne soient totalement démunis. Il n'implique aucune forme de collaborationnisme : « Pour nous, c'était le drapeau qui continuait. Le portrait de Pétain qui était affiché, c'était comme si le drapeau bleu-blanc-rouge était brandi »] François Dosse : Paul Ricoeur : Les sens d’une vie (1913-2005) Edition revue et augmentée; Paris : La Découverte poche, 2008





TAD « 03.12.42 ».
Cher monsieur Robert je viens de recevoir votre lettre et j’ai été très heureux d’avoir de vos nouvelles. En ce qui concerne madame votre mère, je compatis à ses souffrances car les rhumatismes sont très douloureux.
J’ai eu une crise qui m’a cloué une semaine coucher et j’ai beaucoup souffert. Je souhaite à madame votre mère un prompt rétablissement. Pour vous cela ne doit pas être très réjouissant non plus, surtout pour assurer le ravitaillement cela doit être très difficile pour vous et il y a des périodes dans la vie qui sont très douloureuses et hélas en plus des malheurs qui nous sont survenu par suite de la guerre il faut encore supporter d’autres misères et voici l’hiver, pas de charbon ou si peu à Paris cela va être très difficile. Ici la vie suit son cours, le train de la relève part bientôt dans quelques jours environ 200 camarades vont partir pour la France. Je voudrais bien être parmi eux, mais j’ai depuis dix-huit mois vu tant de départ que celui-là me laisse indifférent. Depuis que vous m’avez écrit que d’évènement en France, l’attaque de l’Afrique du Nord, l’amiral Darlan passe à la dissidence, l’attaque de Toulon, à ce sujet nous n’avons pas beaucoup de précisions. Qu’est devenue la flotte française ? Dans cette guerre, nous avons tout subit l’invasion le rationnement, etc etc que nous restera-t-il à la paix ? Nous espérons maintenant que cette date n’est plus éloigné et que 1943 verra la fin de ce conflit. Présentez mes  respect  madame votre mère et à madame Duval, le bonjour à madame Laouaje et  à vous  mes meilleurs amitiés.


*******************************

[« C’est le 22 avril 1943 que le premier contingent de travailleur libres composé d’un millier de soldats, 14 officiers et 130 sous-officiers de réserve, quitte le stalag IIID, situé aux environs de Berlin, après une cérémonie grandiose, en présence de MM.SCAPINI, Ambassadeur de France, CASTAGNET, Chef de la Délégation Française à la Main d’Œuvre, DESOUCHE, Officier de liaison et du Colonel BRAYER, Commandant le stalag, que le train s’ébranle à 15 h 05 en direction de la France afin que ces P.G. transformés bénéficient d’une permission de 15 jours au sein de leur famille avant de commencer leur travail en Allemagne (cf. La Dépêche du Centre du 23/4/43). »]





TAD 5.5.43.  
« 25 Avril 1943 – Cher Frère, Sœur et Nièces. Bien reçu lettre de Nelly du 19.3 et carte de Marguerite du 27.3. Depuis deux semaines, je suis défavorisé, car je n’ai rien reçu. J’attends que cela revienne ! – Ici, grandes palabres en raison du départ – en permission – de certains prisonniers – Simples numéros, nous n’avons qu’à nous laisser au gré mettons : des vents. Pour moi, inutile de m’attendre, vous seriez désillusionnés. Ceci dit, j’espère que vous êtes bien portants et que vous avez passé des bonnes fêtes de Pâques. Bon baisers Yves »

*******************************






TAD 21.3.44
«  12 mars 1944 -  Cher Maman. Meilleurs vœux de bon anniversaire, avec beaucoup d’espoir que je serais enfin de retour pour le prochain. Courage et confiance nous en sortirons bientôt je pense et nous apprécions mieux le bonheur de vivre en paix que nous aurons acheté a quel prix. Beaucoup de baisers à partager avec toute la famille. Ton fils Louis  »

*******************************







TAD 24.5.44.
« Le 16 mai 1944 – Ma chère Denise. Bien reçu ta lettre du 20 avril ainsi que les précédentes, aussi c’est à toi que j’écris aujourd’hui et j’espère que tu voudras bien en faire part à toute la famille. Je pense que vous recevez bien les lettres de Kassel maintenant mais je ne suis pas plus verni que vous, puisque n’étant qu’à 40 kilomètres l’un de l’autre nous ne sommes pas encore parvenus à nous rencontrer et tu peux croire que j’en ai de la peine mais rien à faire à cela … Je viens de recevoir une lettre de Henri (le petit) qui a été bombardé heureusement que sont abri était solide le théâtre ou il travaille est tombé et je me demande ce qu’on va faire de lui maintenant, enfin il s’en est tiré sain et sauf avec tout son matériel et c’est déjà le principal. Oui, ma pauvre Denise, les prisonniers Russes sont malheureux, mais ne va pas croire que nous soyons aussi malheureux qu’eux. Çà n’est pas la même chose pour nous, nous recevons des colis et nous sommes plus libres ….Oui, j’espère qu’il n’y a plus pour longtemps maintenant et que nous serons bientôt réunis, c’est d’ailleurs l’avis de tout le monde, même ici, alors, si tout le monde le pense, çà doit être vrai ! Reçu par Renée ta photo avec celles de Jacqueline, Pierre, Yves et maman et j’ai été bien content, mais je voudrais bien en avoir une de ma grande sœur Nelly, je n’en ai pas encore reçu depuis quatre ans. J’espère que vous aurez reçu la mienne, par Henri, et tu verras que j’ai toujours bonne mine. Il me reste juste assez de place pour t’embrasser bien fort et de charger d’embrasser toute la famille pour moi. Bon courage et à bientôt ton oncle  Louis  »

BOURDON

BOURDON

Messages : 148
Date d'inscription : 12/03/2013
Age : 64
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par Chigwenn le Dim 5 Oct 2014 - 0:32

Merci Bourdon ! Ces courriers sont très intéressants et vont tout-à-fait dans le sens du propos de Claude Vernette. Des informations politiques et militaires parviennent effectivement aux prisonniers qui n'hésitent pas à dire leur scepticisme quant à l’amélioration prochaine de leur sort.

Ça vaut donc la peine de s'intéresser au contenu de ces courriers en plus de leur intérêt marcophile.

À bientôt,

Laurent
avatar
Chigwenn
Admin

Messages : 570
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par Nilemac le Dim 5 Oct 2014 - 23:40

Bonjour à tous.
Pouvez-vous m'envoyer par mail les documents de ce sujet pour en faire un article dans notre Revue.
D'avance merci.
a ++
avatar
Nilemac
Admin

Messages : 1799
Date d'inscription : 03/10/2010
Age : 74
Localisation : Essonne

http://alaintimbres.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par SamuelGM le Lun 6 Oct 2014 - 9:50

Bonjour,

je n'ai pas tout regardé de mon côté, mais jusqu'à maintenant je n'ai également trouvé que que des propos très neutres ou très politiquement corrects!

En tout cas les documents de Joel sont comme toujours passionnants!

Samuel
avatar
SamuelGM
Admin

Messages : 701
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 41
Localisation : Paris

http://ww2postalhistory.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par Chigwenn le Mer 8 Oct 2014 - 0:04

Nilemac a écrit:Bonjour à tous.
Pouvez-vous m'envoyer par mail les documents de ce sujet pour en faire un article dans notre Revue.
D'avance merci.
a ++

Bonjour Alain,

Tu ne peux pas récupérer les documents avec le clic droit ?

A+
Laurent
avatar
Chigwenn
Admin

Messages : 570
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par BOURDON le Mer 8 Oct 2014 - 22:12

Bonjour à tous

Je vous soumets  encore trois autres documents.

Au début de la guerre, les Français attaquaient plusieurs fois une position de D.C.A. allemande à Ensheim (Saarpfalz-Kreis) par l’artillerie et par  l’aviation. Le 09.09.1939, trois avions, attaquant du GB II/31, stationnés à la base de Marigny-Le-Grand étaient déjà attendus par les chasseurs allemands Messerschmitt Bf 109 du JG 152. Le capitaine Leesmann et le lieutenant de Bothmer réussissaient, conjointement, à abattre le bombardier  Bloch  MB-200 de la 31ème  Escadre Aérienne du Lt/Col André Enslen  à  Böckweiler. Enslen et les 4 autres membres de l’équipage, dont le pilote Jean Béranger, atterrissaient indemnes avec leur parachute et entrerons en  captivité.




Recto/verso - Carte postale en franchise «Courrier des Prisonniers de Guerre» du Lt. Col  ENSLEN.  TAD  muet  «28.1.40 » Censure « Dulag-Luft. Geprüft  »  (Camp à Oberursel près de Francfort pour aviateurs) .TAD «  31.1.40  PRISONNIERS DE GUERRE PARIS  ». Au verso TAD  « 1.2.40 MARTHON ».
Dans la correspondance nous lisons : «... ayant été changé de camp »  (de l’Oflag IX A  au  Dulag- Luft )

Le 16 Jan.  40    
Monsieur  J’ai bien reçu votre lettre du 25 déc. Malheureusement ayant été changé de camp je ne pouvais m’occuper de votre fils, aussi ai-je transmis votre lettre à notre ancien camp afin qu’un officier qualifié puisse le suivre. Croyez que cet avec regret que je ne puis m’acquitter de cette tâche. En vous remerciant de vos vœux. Je vous prie de recevoir les miens avec mes meilleures salutations.
A. ENSLEN


******************************************





Formule  de prisonnier Français en Allemagne.  (Oflag IX A,  Prisonnier N° 8  au château  Spangenberg    9° Région : Kassel)
Censures : « Geprüft 21 Oflag IXa » et « 12 ». T.A.D « 5.3.40 G », nom du bureau effacé  ( SPANGENBERG - il n’en subsiste que la dernière lettre « G »  pour qu’on ne puisse pas le localiser). Au verso cachet rond déesse assise avec la croix de  St.André :
« CONTROLE POSTAL- Commission UP » :  PARIS (PG). Le   Lt. / Col.  André  ENSLEN était son protecteur.               ( Certificat  Sinais )


Dimanche le 3 Mars 1940

Mes très chers parents

Tout les colis sont arrivés, comme les lettres 1 et 2. Le pyjama bleu est très bien, mais ce qui reste du colis n’est plus grand-chose. Et comme vous me connaissez assez je vous prie d’en envoyez la même quantité à intervalles  régulières. J’ai reçu hier une lettre de Marraine laquelle m’annonce un colis, vous pouvez imaginer ma stupeur, décidément l’air du midi leur fait tous du bien. Mais Parrain ne laisse toujours rien entendre. Mais vous je vous dispense de vos remarques dans la lettre, selon vous un prisonnier à la vie sauve et les affres de la guerre sont finies pour lui. Mais pas selon moi je me suis pas engagé volontaire pour faire un prisonnier de guerre retenez-le et plus de bêtises comme –ça dans vos lettres. Et le Régiment a-t-il envoyé mes affaires. J’ai laissé sur ma selle ma montre mon portefeuille, un appareil photographique et un tas de choses, est ce que vous les avez reçu sinon, envoyé donc une lettre au colonel ou bien à Gillet ou encore à Pasquet. Décidément personne ne me prendra l’idée que tout ceux qui commande à mon groupe sont des bons à rien, une chose m’étonne c’est que j’en ai pas encore vu  ici ? Envoyé-moi du cacao-sucre-lait-beurre 1 kilo-cassoulet-maquereau-viande-œufs-saucisson-jambon mais pas en boite. pain en tout cas beaucoup de conserves à chauffer  et des chaussettes-chemises. Des saucisses en boites me ferait plaisirs. Mes baisers et tendresses. J’attends une lettre de ERIKE.  Votre Julien





***************************************




Carte postale émise par les autorités allemandes du  Camp  de  prisonniers  N°4 « Waldlager Klein Landau » MULHOUSE-BOURTZWILLER (camp de rassemblement  de prisonniers de guerre fait après l’armistice), datée du 12.7.40. Cachet manuel de censure  Francfort a/M. Griffe à la plume « le 15 November ».
Voici ce qu’écrit le prisonnier Bau Jean  à Mademoiselle Gabrielle DEJEAN, 6 rue de Colmar Cernay Ht-Rhin :

« Le 12.7.40 Chère Mademoiselle, j’ai pu me munir d’une carte pour vous envoyés de mes nouvelles. Comme vous le voyer d’après mon adresse je suis prisonnier. J’ai été pris avec ce qui restait de mon régiment vers le col de Bussang le 25 juin, donc après l’armistice. Nous sommes parait-il neutralisés et non prisonniers. Nous avons de ce fait, droit à quelques égards et nous ne sommes pas à plaindre en comparaison des véritables prisonniers. Je n’ai aucune nouvelle de mon frère, ni de chez moi, ni de personne. La situation internationale, nous ne la connaissons pas non plus et cependant je ne perds pas espoir. Heureusement nous avons un aumônier qui est réellement encourageant et qui est persuadé que la France n’est pas perdue. Certains d’entre nous qui ne connaissaient pas l’Alsace, ont été surpris de l’accueil que nous ont fait les habitants de la vallée de Saint-Amarin à notre passage le 26. Tout le monde a donné tout ce qu’il avait ou presque. Ici à Mulhouse c’est je crois la même chose malgré les restrictions. Je ne suis jamais allé au travail à Cernay, avec les corvées qui vont jusqu’à là. Si un jour je suis désigné pour y aller, j’espère pouvoir aller vous dire le bonjour. Je termine chère mademoiselle en vous embrassant de tout cœur ainsi que Alice et Céline que je n’oublie pas. J BAU »

**************************


BOURDON

BOURDON

Messages : 148
Date d'inscription : 12/03/2013
Age : 64
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par Chigwenn le Jeu 9 Oct 2014 - 22:00

Merci Bourdon, pas de sujets sensibles par rapport à la censure dans ces courriers mais passionnant à lire. cheers

Laurent
avatar
Chigwenn
Admin

Messages : 570
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Majuscule...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum