Comment les BCM connaissaient le secteur postal réel des militaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment les BCM connaissaient le secteur postal réel des militaires

Message par Jeancens le Sam 8 Fév 2014 - 11:39

Bonjour,

en fouillant mes notices et études conservées depuis une trentaine d'année,
j'ai trouvé un article très intéressant sur le secteur postal 390 en France de 1939 - 1940.

Pour illustrer le texte j'ai mis quelques images de mes collections.

Article rédigé par Roy E. Reader pour un Club Philatélique de militaires belges stationnés en
Allemagne ( étude datant des années 70).

Pendant les neuf premiers mois de la deuxième guerre mondiale,on a attribué un numéro de
secteur postal de la série 1 à 265 à chaque grande unité qui se trouvait dans la zone des armées.
Ce numéro devait constituer l'adresse postale de l'unité.
Le militaire qui écrivait à sa famille en France donnait comme adresse postale son régiment et sa compagnie,
suivi tout simplement du numéro du secteur postal de sa grande unité.
Cette adresse, il l'écrivait sur le papier à lettre  qu'il mettait dans l'enveloppe.
Sur l'enveloppe comme sur les cartes postales, il devait marquer "aux armées" sans aucune autre indication.
Pour l'étranger, il ne lui était plus permis d'indiquer le numéro du SP de la grande unité.
A celui-ci il devait substituer le numéro 390.
Quand le correspondant à l'étranger envoyait une réponse au militaire, la poste civile en France y voyait
l'adresse SP 390, la mettait avec les lettres à acheminer aux quatre Bureaux Centraux Militaires:
- Bureau N° 1 à Melun;
- Bureau N° 2 à Moulins;
- Bureau N° 2 bis à Orléans;
- Bureau N° 3 à Beaucaire, puis Marseille.
Et il y en avait deux en Afrique:
- BCMA à Tunis et BCM à Dakar.

Le 09 juin 1940 le BCM 1 de Melun se replie sur le BCM 2.
Le 15 juin 1940 le BCM 2 bis se replie sur Guéret où il cesse de fonctionner peu de temps après.
Le 18 juin 1940 les BCM 1; 2; 2 bis sont rassemblés à Guéret, puis se replie sur Montauban et Moissac.
Fin juin 1940 la Poste aux Armées cesse de fonctionner en métropole, seul le service des rebuts continuera
à Moissac.

Au BCM, on rayait la mention "Secteur Postal 390"  pour y ajouter le Secteur Postal réel du militaire.
Pour accélérer la tâche, on a mis en service des griffes pour réduire le travail de l'employé.
On connaît trois types de griffes.
- Type 1 sur une seule ligne et encadré, vu en rouge du 21.11.39 au 16.12.39;
                                                              et bleu du 22.04.40 au 03.05.40.  
- Type 2 sur une seule ligne sans cadre vu en rouge le 10.06.40.
- Type 3 sur 4 lignes vu en bleu.
Illustration des 3 griffes connues pour l'instant


Ci dessous je vous montre ces différents cachets sur du courrier venant de l'étranger.
Cachet du type 1 en rouge et bleu, les dates ne correspondent plus à ceux de l'article, car on a
trouvé beaucoup de matériels depuis Exclamation 

Lettre de Lausanne du 14.04.1940  avec le type 1 en rouge.

Au verso on voit le cachet à date du Bureau N° 1  Shocked 

Lettre de Victor Harbur (Australie du Sud) avec cachet type 1 en bleu.

Au verso  le cachet du Bureau N°1.

Lettre de Bâle du 06.05.1940 avec le cachet linéaire sans cadre en rouge (type 2)


Lettre de Les Brenets avec le même cachet ici plus visible.

Là également le cachet du Bureau N° 1.

Puis pour terminer le type 3.

je ne possède pas de lettre avec le cachet en bleu  Sad  
Mais j'en montre un en violet et un en rouge, inconnu à l'époque  Exclamation 

Lettre de Gossau du 05.02.1940 avec le cachet violet.


Lettre de Bâle du 04.04.1940 avec cette fois le cachet en rouge.

Je vous montre le verso de cette lettre à la fin de l'article.

On pouvait se demander comment le BCM savait quel était le secteur postal réel qu'il fallait mettre sur la lettre. On a trouvé l'explication dans un document des archives de l'Armée Polonaise mise sur pied en France en 1939 pour faire partie de l'Armée Française.
Les instructions émises le 23 février signalent que la première fois qu'un militaire envoie une lettre à
l'étranger il devait y attacher une fiche qui émane de l'Inspection Générale de la Poste Militaire.
Cette dernière est envoyée Au BCM, là elle est rangée dans un fichier en attendant le jour ou on
aura besoin pour mettre l'adresse réel sur le courrier arrivant de l'étranger.

Fiche que le soldat a fixée à son enveloppe.


Comme le militaire n'avait attaché qu'une seule fiche et pas quatre à la première lettre qu'il envoyait
à l'étranger, on suppose qu'il n'y avait qu'un seul BCM qui s'occupait du courrier venant de l'étranger.
C'était le BCM 1 de Melun, c'est le cachet à date de ce bureau qu'on trouve quelquefois au verso des plis.
Malgré les instructions, un certain nombre de lettres portaient le SP réel du militaire.
Dans ce cas le BCM, du moins on suppose que c'était le BCM qui insérait un avertissement dans le pli.

Voilà le verso du pli du 04.04.1940 de Bâle, car il porte un de ces avertissements.

Mais vu que le cachet de censure de Belfort est pardessus, je ne pense pas que c'est le BCM qui la mis. scratch 



Sources indiquées par l'auteur:
- Histoire postale et militaire de la seconde guerre mondiale du Colonel C. Deloste
- Les feuilles marcophiles N° 177.
- La Poste aux armées de M. Ferrier.
- Polish Institute and Sikorski Museum Londres
 Archives: AIV 10/26
  "     "     IV 3/6a.

Jean
avatar
Jeancens

Messages : 936
Date d'inscription : 20/09/2011
Age : 70
Localisation : Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment les BCM connaissaient le secteur postal réel des militaires

Message par Chigwenn le Sam 8 Fév 2014 - 12:32

Bonjour Jean,

Merci pour cet article. On note que le rédacteur de la fiche se paie au passage la tête de celui qui en a rédigé l'original en recopiant scrupuleusement deux fautes d'orthographe (correspondance avec un "e" au lieu d'un d'un "a" et  "génerrale" au lieu de "générale") en les faisant suivre d'un "sic" latin (qui pourrait se traduire par ainsi") pour bien montrer qu'il a vu les fautes :

Jeancens a écrit:Fiche que le soldat a fixée à son enveloppe.


Bon, il aurait pu lui-même faire l'économie du point qui suit à chaque fois "sic", ce n'est pas une abréviation.

Laurent
avatar
Chigwenn
Admin

Messages : 556
Date d'inscription : 21/12/2010
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum